narek

Campus numérique arménien

Théâtre - Histoire du théâtre

Au XVIIe siècle, les Mystères religieux sont remplacés par le théâtre et ils s’inspirent des exemples grecs et latins. Ce terme doit être compris sous des formes très différentes selon les cultures des grandes régions européennes : tragédies et comédies en France. Ainsi Georges de Scudéry publie-t-il, en France, dès 1639, une Apologie du Théâtre afin de préciser et défendre les choix du classicisme français. A ces deux genres viennent s’ajouter le ballet, qui requiert l’écriture d’un livret et, plus tardivement, l’opérette et le vaudeville. En Angleterre également, au milieu du XVIsiècle, se développent des comédies d'inspiration historique sur le modèle antique. Le théâtre sera dominé par W. Shakespeare au début du XVIIe. En Italie, le théâtre lyrique, qui succède à l’Oratorio, va rapidement s’imposer dans toute l’Europe.

Les auteurs dramatiques et les librettistes européens, souvent des prêtres, vont trouver le sujet de leurs tragédies dans certains écrits des auteurs grecs ou latins et dans l’histoire antique. C’est dans ce cadre que l’on trouve de nombreuses références à l’Arménie. Les personnages les plus célèbres sont Radamiste et Zénobie, roi et reine d’Arménie (Tacite) ; le personnage de Tigrane l’Ancien, né de l’imagination de Xénophon (La Cyropédie) ; celui de Tigrane II (Trogue Pompée) et le roi Tiridate, souvent associé à l’empereur Néron. Voltaire situe l’un de ses ballets, mis en musique par Rameau, dans la ville d’Artaxata, ancienne capitale de l’Arménie antique. Enfin, le personnage fantaisiste de Tigrane, prince ou roi d’Arménie ou de multiples contrées, deviendra l’un des personnages importants de la commedia dell’arte vénitienne.

Alexandre Siranossian

(octobre 2019)

Ressources

Filtrer par types de ressources

Rechercher dans le site